RUGBY. Grand Stade: Deux couts différents pour le projet de construction d’un seul stade

stadeLe projet concernant la construction du Grand Stade à Ris-Orangis en Essonne n’a pas encore été achevé. Mais en coulisses ce n’est pas le cas, car tout bourdonne autour de la prochaine enceinte de 82 000 places qui pourrait être construit au sud de Paris d’après les vœux de la fédération française de rugby (FFR).

En fait, la fédération vient de porter plainte pour diffamation contre une association appelée Callisto, qui a proposé un projet concurrent et moins couteux mais jugé plausible par les dirigeants du rugby français surtout par rapport à son cout.

La FFR se considère comme étant diffamée par un document dont le titre est « Le Grand Stade de Rugby –De la dérive fédérale au projet Callisto » envoyé aux comités territoriaux, aux comités départementaux et aux clubs affiliés à la FFR surtout sur les messageries électroniques.

Selon la fédération, le texte accessible sur le site de Callisto on trouve « un certain nombre de propos qui déshonorent la considération de la Fédération ».

Un projet coutant 600 millions d’euros face à un autre projet coutant 440 millions d’euros

Callisto est en fait, une association qui regroupe des professionnels du BTP et de l’architecture d’anciens internationaux et dirigeants, favorable au projet de Grand Stade, mais contredisant surtout le cout.

La FFR travaillant de façon contractuelle avec le Stade de France veut construire à l’horizon 2021 un stade pouvant accueillir 82 000 spectateurs avec un toit rétractable et une pelouse amovible sur l’ex hippodrome de Ris-Orangis, pour un montant évalué à 600 millions d’euros pour revoir à la hausse les revenus.

Le projet que présenté par le groupement Callisto coute quant à lui 440 millions d’euros pour un stade qui contiendrait 83000 places. Le stade sera doté d’un stade de transparente et pouvant être déployée en 30 minutes et recouvrant l’enceinte.